Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2010

J11 (1/2): Xi'an, les sources chaudes

Lever 7h30, aujourd'hui c'est le grand jour de la visite à l'armée enterrée.

8h30: nous partons... au restau... nous commençons à saturer. Heureusement nous trouvons, au rez de chaussée de celui d'hier, des petits restaus rapides qui proposent de la soupe et des gâteaux aux riz et aux dates, délicieux et un peu sucrés, ce qui nous change agréablement des plats salés, épicés et pimentés de bon matin.

Puis nous prenons 2 taxis pour la gare (train et bus). Là prend place une scène grand-guignolesque où  nos deux chauffeurs de taxis (1 homme et 1 femme) s'engueulent à pleine voix d'un taxi à l'autre par la fenêtre ouverte, puis s'arrêtent au milieu de la rue et sortent de leur taxi pour mieux s'engueuler.

Bien sûr nous n'y comprenons rien, ce qui nous donne un certain détachement vis-à-vis de ce qu'il se passe, trop zen nous sommes. En fait l'un des deux taxis voulait nous emmener directement au site alors que nous voulions aller prendre le bus à la gare.

La vidéo se situe après la dispute. Ils continuent à discuter d'une voiture à l'autre!

Le chauffeur obéissant a gagné, nous voici donc à la gare centrale de Xi'an... en compagnie d'une foule invraisemblable, compacte, mouvante, bruyante, sur cette immense esplanade face aux remparts curieusement ici percés de deux grandes arches qui font très design.

100_0939.JPG

Nous repérons "le" bus 306: 游五:you wu: "you" 5 (you: lignes du bus touristiques pas chères qui déservent les sites) qui mène à l'armée enterrée. En fait, ce sont PLEIN de bus qui se remplissent et démarrent dès qu'ils sont complets, et ça va vite croyez moi, les rabatteurs sont efficaces.

Traversée de ville, puis de campagne parmi les champs de pêchers (mmhh!) le long de la route bordée de fabriques de "Terracotta warriors" plus ou moins miniatures à destination des boutiques de souvenirs.

Le bus s'arrête devant un site qui ne ressemble pas à celui escompté, mais tout le monde descend et nous suivons le mouvement. Après explications, nous apprenons que nous nous trouvons sur le lieu des sources chaudes (Huaqing chi) d'une princesse antique.

Va donc pour Huaqing chi.

Alors voilà l'histoire: des baignoires et piscines anciennes en pierre ont été découvertes, alimentées par des sources chaudes naturelles: on pense que c'est là le lieu des amours de l'empereur Xuanzhong et de sa concubine Yang Guifei de la dynastie des Tang, ce qui ne date pas d'hier.

DONC double jackpot: un vestige antique (super-rare en Chine, grâce à Mao'nd Co, mais attention aux sujets qui fâchent!) + une histoire romantique à l'eau de rose. Il n'en faut pas plus pour monter de toutes pièces un "spot d'attraction" pour tourisme à la chinoise: bâtiments en faux ancien,un peu trop neufs:

P7220246.JPG
mais c'est pas toujours raté, loin s'en faut:
brigitte 2 269.JPG

déco souvent kitchissime,

P7220259.JPG

statues dorées,

P7220260.JPG

plan d'eau artificiel aménagé pour spectacles de jets d'eau. Par contre le tout prend place dans un immense jardin superbement aménagé:

brigitte 2 281.JPG

bien qu'envahi d'une foule joyeuse, bruyante et photographiante.(ci-dessus j'ai attendu un bon moment que plus personne ne passe, c'est une photo mensongère).

brigitte 2 276.JPG

et les poubelles sont carrément magnifiques!

brigitte 2 280.JPG

C'est la bataille pour se faire photograhier devant les statues (en train de les toucher si possible)

100_0998.JPG

Je détecte partout des fils d'ampoules lumineuses qui me fait être heureuse d'être ici de jour!

La famille de Z-Z ne comprend pas trop que nous refusions de poser sur chaque photo, que nous photographions des choses en évitant les gens, que nous n'ayons pas envie qu'ils nous prennent avec notre appareil. Je prends gentiment une photo d'eux devant un pavillon, mais je vois bien que ça ne va pas puisque j'ai cadré le pavillon en entier, donc ils sont tout petits sur la photo, donc on ne ne les voit pas assez. La belle-soeur est un peu agacée!

Voici tout de même la piscine et la baignoires prétextes à ce site:

P7220314.JPG
P7220319.JPG

et un aperçu du bâtiment spécial pour les visites touristiques, avec balcon panoramique tout autour:

P7220307.JPG

et la fameuse princesse concubine, au goût du jour manifestement:

P7220290.JPG
100_0993.JPG

Et pour finir, comme le choix des photos est trop cruel mais qu'elles ne méritent pas toutes une place de choix, voici un petit album. Les curieux qui veulent voir en plus grand le cliqueront dans la colonne de droite!

 

(... à suivre)

14:58 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

11/08/2010

J10: Xi'an

Lever: 4h45. Oui, en pleine nuit...

Il y a des raviolis au tofu et aux herbes, mais à cette heure-là... j'en mange un par politesse mais il passe difficilement.

A 5h20 tout le monde se retrouve en bas des immeubles, un minibus arrive, c'est notre taxi! Nous nous entassons tant bien que mal. Heureusement seuls C et moi avons des bagages importants, (dont le précieux erhu voyageur) les autres ont juste un sac à dos, même Z-Z qui a laissé la plupart de ses affaires car elle reviendra chez ses parents après notre départ. Il y a quand-même aussi un volume conséquent de cabas pleins de bouffe!

Il y a peu de monde dans la gare et sur le quai, mais au moment de monter dans le train et bien que beaucoup de monde descende, ça coince gravement. Bien sûr nos places achetées ne sont pas libres, et impossible de bouger les familles endormies!

001.jpg

Mais Z-Z connait la combine, et "les étrangers" que nous sommes sont un passe-droit merveilleux auprès du personnel du train. Cette fois nous faisons le voyage allignés sur les strapontins du couloir d'un wagon-couchette! Il y a des gens partout mais il fait délicieusement frais et nous sommes assis! En contrepartie, l'employée m'apporte un cahier où je suis priée d'écrire comme c'est bien le train en Chine, comme on est bien accueillis et tout et tout. Z-Z m'aide à tourner quelques phrases élogieuses que j'écris en français et recopie sur elle en chinois. Je me sens un peu merdeuse...

brigitte 2 255.JPG

Le voyage de 3 heures seulement se passe à manger. C'est l'heure du petit déjeuner pour tout le monde et tout le monde dans le train mange de bel apétit! On voit passer beaucoup de nouilles instantanées dans des bols en carton, qu'il faut remplir d'eau bouillante au samovar du bout du wagon, entre deux pots de thé vert.

Nous descendons à Ankang. Il y a deux heures de battement avant notre prochain train et Saozi paye à tout le monde la salle d'attente climatisée. La clim est défaillante, mais pas la télé! Le gardien de la salle détient la télécommande: total respect! et il faut en passer par ses intérêts: les films où de (très) méchants japonais se font avoir comme des bleus par de malins chinois.

P7210218.JPG

Le train (n')a (que) 20 mn de retard (wandian), une paille quand on pense qu'il roule déjà depuis 25 heures environ.

Le scénario ne varie pas: notre wagon est plein à craquer. Le chef de train nous envoie dans une autre voiture, mais nous traversons le wagon-restaurant et comme il est 12h30... nous nous y installons. Très bonne cuisine, faite sur place. Nous nous incrustons jusqu'à l'arrivée à Xi'an. Nous traversons des paysages magnifiques: montagnes très vertes, cultures en terrasse, petits vallons, et un lit de fleuve quasi asséché avec dedans... une autoroute sur pilotis qui suit l'itinéraire tout tracé. C'est surprenant, et pas rassurant.

En sortant une bonne surprise nous attend: il doit faire à peine plus de 30° seulement. On respire!

Notre gare d'arrivée n'est pas la gare centrale, mais Xi'an nan (sud), nous faisons donc encore 40km de bus à travers la campagne, les champs de maïs et les villages défoncés.

La ville se présente d'abord comme les autres: mêmes immeubles en construction bâchés de vert, mêmes quartiers neufs, puis plus anciens... mais au centre la vieille ville est délimitée par d'anciens ramparts super mastocs en brique grise. Ça change!

 

xian.jpg

(photo empruntée ici)

Nous trouvons notre Jinjiang hôtel avec plaisir: propre, clair et frais. Nous y avons deux chambres: Z-Z dort dans le petit lit à côté de nous et les 4 autres s'entassent dans l'autre chambre.

Nous ne nous attardons pas car il est (encore, déjà!) l'heure de manger et nous sortons. Notre hôtel est situé en plein centre ville, dans une rue incroyablement vivante, juste en face d'un marché: liumashi,  plus ou moins couvert, où on ne vend que des fanfreluches: maquillage, vêtements, accessoires de mode, le tout à bas prix.  Les rues alentour sont envahies de vendeurs "annexes" installés par terre, sur leur plateau de vélo, sur des portants à roulettes, des planches plus ou moins mobiles posées sur on ne sait quoi, et des cantines portatives où sont cuisinées une multitudes de petites choses non idenfiées mais qui sentent très bon. Nous nous promettons une bonne ballade en sortant du restau.

P7210223.JPG
P7210225.JPG

Le restaurant: traditionnel. Plusieurs étages, grandes tables rondes à plateau tournant, chaises à haut dossier. Ici comme ailleurs les convives jetent leurs cochonneries par terre: serviettes en papier, arrêtes de poisson, os de poulet, etc... j'ai du mal à m'y faire mais c'est comme ça, il y a une employée qui passe régulièrement avec sa balayette, si tout le monde était propre elle n'aurait pas de travail.

Ici comme ailleurs aussi, les fonctions des employés se distinguent les unes des autres par la couleur de leur chemise: serveur(se), nettoyeur(se), rabatteur(se)...

P7210229.JPG

Pendant le repas les éléments se déchaînent: orage et pluie battante! Les employés (en bleu? en jaune?) disposent des seaux et des cuvettes à des endroits stratégiques...

Quand nous nous décidons à sortir la rue est un ruiseau, et pas bien propre le ruisseau! Nous pataugeons jusqu'à l'hôtel, les petits vendeurs ont disparu. Il y a quand-même du monde plein les rues, ça crie de partout, quelle ambiance!

La fin de la soirée se passe devant la télé: feuilletons sentimentaux, films de guerre avec méchants japonais, pubs interminables pour des médicaments qui filent la pêchent, infos incompréhensibles... zap, zap, zap... et dodo.

(...à suivre)

 

27/06/2010

J9: Shiyan

Une journée de repos!

Levés tard (8h) Z-Z, C, Yaya et moi partons en bus au "centre ville".

1ère direction: le MacDo... pour un café, car C. et moi sommes très en manque, là, quand-même.

Il est 11h, le MAcDo est bondé, il y a de la pub très fort dans les haut-parleurs, de la musique.

Je ne sais pas où la petite serveuse a appris à doser le café, mais à ma grande déception, il est quasiment imbuvable tant il est fort! Deux dosettes de sucre et deux autres de lait en poudre plus tard, j'arrive à le boire, mais je mettrai la journée à m'en remettre...

2ème direction: le magasin de musique. Hélas, pas de partition chinoises ni occidentalo-chinoises. Par contre, il y a une belle collection de erhu (prononcer âhr-rou), ce sont des violons traditionnels à deux cordes desquels on peut tirer des sons magnifiques, écouter ci-dessous.

J'en achète un de milieu de gamme pour un ami cher (altiste d'origine) qui d'ailleurs m'avait ramené un dizi (flûte traversière chinoise) lors de son voyage en Chine à lui!

Me voici donc lestée d'un instrument fragile et un peu encombrant quand-même, dans sa housse lègère, pour toute la suite du voyage! Mais c'est pour la bonne cause, ça me fait tellement plaisir...

3ème direction: le Carrefour local. Nous nous éclatons, l'une au rayon papetterie pour les petits cadeaux avec des caractères chinois dessus, un autre au rayon bonbons: des petits pots de gelée multicolore, genre très très chimique, un autre encore au rayon fringues homme pour une garde robe sympa à petit prix, mais dur-dur pour trouver assez grand! En Chine C. et moi taillons tous deux XXL!

Nous revenons bien chargés, en taxi, à temps pour le repas de midi. Hélas mon café n'est pas encore digéré, je ne peux guère en profiter...

Après la sieste je retourne avec Z-Z au salon de beauté. C'est vraiment moins réservé à l'élite ici qu'en France!  A nouveau la maman nous fait une visite, repart, puis revient très inquiète: C. a disparu!

Je ne suis personnellement pas inquiète, mais les autres si. Pensez, un étranger qui ne parle pas un mot de chinois!

En fait il est parti se promener au lac, comme je le supposais! Et ne s'est même pas perdu.

Le reste de l'après-midi et la soirée se passent  à faire les bagages. Demain nous partons avec toute la famille sauf le frère: Papa, Maman, Belle-Soeur et le petit Yaya, visiter Xi'an et Guilin. C'est la première fois que les parents de Z-Z font du tourisme! C'est la grande aventure.

Le repas se passe en ordre dispersé et c'est le souk à la maison!

Nous nous couchons tôt, mais pour la première fois depuis que nous sommes là l'éclairage municipal marche, et sous le réverbère le plus proche (et les autres aussi je suppose) un groupe d'amis-voisins joue à je ne sais quel jeu chinois (échecs? cartes?) à grand bruit, provoquant de plus les aboiements continus d'un chien que j'enverrais bien se faire cuire au wok. Tout ceci toujours sous environ 35°-36° de température constante...

(...à suivre)

 

 

 

19:23 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

30/05/2010

J8: Wudang shan (2/2)

100_0864.JPG100_0849.JPG

100_0856.JPG

100_0869.JPG
Quelques charmantes statues léonnes plus loin, nous atteignons le départ du téléphérique qui nous évitera quelques heures de crapahutage dans les rochers et le brouillard. La montée est cependant impressionnante, avec des pans de montagne à deviner, l'impression d'être tout seul dans le néant, et les touristes qui s'amusent à crier.

Mais la montagne apparait de plus en plus fréquemment, et arrivés en haut c'est la joie: le brouillard se disloque, paysage et soleil apparaissent enfin!
...ainsi que le petit temple tout en haut: Tai he gong
brigitte 2 091.JPG
brigitte 2 093.JPG
et il fait vite super chaud: vite les ombrelles!
100_0886.JPG
La montée est super raide!

brigitte 2 127.JPG
mais la vue sur les toits merveuilleuse
brigitte 2 113.JPG
brigitte 2 124.JPG

arrivés en haut:
brigitte 2 129.JPG
magie
brigitte 2 134.JPG
mystère
brigitte 2 143.JPG
splendeur
brigitte 2 162.JPG
et les cousins autochtones au milieu des cadenas porte-bonheur!
brigitte 2 161.JPG
Retour sans histoires, cette fois à l'arrivée du bus nous prenons un taxi.
Suite du programme: un restaurant où nous attend le reste de la famille.
Mais quel restaurant: 4 ou 5 étages. En bas les grandes salles, en haut les salons privés: des pièces meublées d'une grande table ronde avec plateau tournant, d'un canapé et fauteuils avec télé, et d'une table de mah-jong. Une serveuse reste à notre service, d'autres vont et viennent selon les besoins.
brigitte 2 236.JPG


J'aimerais bien apprendre un peu à jouer au mah-jong, mais quand je m'installe avec Z-Z, sa mère, son frère et sa belle-soeur arrivent pour jouer avec nous et se mettent à jouer tellement vite que Z-Z n'a rien le temps de m'expliquer, et en plus elle se fait engueuler parce qu'elle joue trop lentement! Bref, je n'y comprends rien et je les laisse, un peu dégoûtée quand-même.
brigitte 2 234.JPG


Le repas est particulièrement délicieux, c'est une débauche de plats. Nous sommes obligés de goûter au poisson car c'est le plat le plus cher de la table! Bon, nous y goûtons, mais notre palais de végétarien n'est pas bon juge. Il y a aussi des légumes à profusion, du bambou, des patates douces, du maïs grillé, de la soupe, du tofu, des baozi, etc...

Retour par la Place du Peuple, où comme la veille la foule se rassemble pour danser avec des éventails, jouer au volant à pied, (un gros volant à ressort lesté dans lequel on donne des coups de pied) sauter à la corde... l'ambiance est géniale.
brigitte 2 243.JPG

Dans le bus aussi, où tout le monde rigole et se parle (fort!).
brigitte 2 248.JPG


Douche et dodo.





 









19:24 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : chine, wudang shan, hebei, shiyan

21/04/2010

J8: Wudang shan (1/2)

Dimanche 19 juillet 2009:  武当山

Lever à 5h10 après une nuit torride, et je ne parle pas de notre vie de couple mais de la température de l'air! D'ailleurs moins on bouge mieux on se porte, sans compter qu'en parlant de porte, toutes celles de l'appartement restent grandes ouvertes, des fois qu'un filet d'air de la clim (au salon) arrive pas encore complètement réchauffé dans les chambres . Le ventilateur même n'y peut rien, à part faire du bruit.

Nous voici donc en train de manger des nouilles sautées et des baozi aux haricots rouges à 5h15, complètement décalqués.

Nous marchons au petit jour vers un rendez-vous de bus en traversant le quartier de l'"entreprise". Tout au long de la rue les petits déjeuners en plein air se préparent: les gargottiers allument leurs braseros, des montagnes de nouilles attendent de cuire, la soupe de riz bouillonne déjà dans de gros chaudrons.

Certains dorment encore, dehors, allongés sur leurs tréteaux, ou même calés sur leur moto!

Une armée de femmes munies de balais de bambou ramassent les saletés de la rue; des hommes conduisent des petits chariots montés sur des cyclomoteurs à trois roues, ou tricycles, où les balayeuses entassent les ordures.

Nous trouvons le bus plus ou moins au lieu et à l'heure dite, à l'aide d'un petit coup de fil sans fil justement, que ferait-on sans portable.

Après un trajet très sinueux pour piocher deux personnes ici, trois à un hôtel, une ailleurs, etc..., nous arrivons enfin au lieu de rendez-vous pour le vrai départ. Et là la situation s'avère très compliquée. Certains ont réservé et pas payé, certains ont payé et pas leurs tickets, on nous prend les nôtres (payés), et en plus on nous demande 50 yuan chacun pour le trajet en bus! Z-Z se fâche, pour 50 yuan on peut faire trois fois le tour de la ville à trois en taxi, et personne ne l'avait prévenue. Au guichet une femme crie beaucoup et longtemps, le prix demandé n'est pas non plus celui prévu! Le moins qu'on puisse dire c'est que la bande n'inspire pas confiance. Pour tout arranger nous sommes visiblement trop nombreux pour les deux bus qui attendent.

Nous sommes les seuls étrangers et observons sans comprendre ces conflits discutés tambour battant et très fort, à deux ou trois maximum, les autres se contentant de regarder et d'écouter tranquillement sans s'en mêler. Pas d'indignation, de grommellements, de stress, mais de la patience et de la résignation.

Tout le monde finit par payer ce qui est demandé, un 3ème bus arrive et tout rentre dans l'ordre et semble aussitôt oublié!

Le trajet vers Wudang Shan se fait sur une autoroute (payante) qui semble construite uniquement pour cette destination.

Arrivés au pied de la montagne les bus nous débarquent: le site a ses propres navettes (comprises dans le prix de la visite) qui roulent au gaz bio.Ces navettes nous monteront de site en site jusqu'au téléphérique, mais si nous avions voulu, nous serions montés à pied! Il aurait fallu alors prévoir un hébergement.

Déception: le brouillard nous attend et le site montagneux reste caché. Le peu que nous apercevons est très alléchant, mais bon.

1er arrêt de la navette devant un complexe avec temple et autres bâtiments: Tai Zi Po,comme c'est écrit dessus (de droite à gauche, comme vous l'aurez bien sûr remarqué)

L'entrée

brigitte 2 042.JPG
murets et cheminements
brigitte 2 045.JPG
toits et dessus de murs en tuiles vernissées
brigitte 2 047.JPG
les chinois adorent toucher les vieux trucs
brigitte 2 051.JPG

un brûloir à voeux

brigitte 2 050.JPG

La 2ème étape, Na Yan Gong, plus en altitude, se passe dans un épais brouillard alors que les petits chemins à flan de montagne devraient nous laisser voir d'autres chemins, sanctuaires et points de vue magnifiques sur d'autres pans de montagne.

Quelques photos quand-même:

brigitte 2 057.JPG
arbre millénaire avec voeux
100_0841.JPG
un pilier et ses poutres faîtières
brigitte 2 064.JPG
THE big tortue porte-pierre
brigitte 2 068.JPG
on devine ce qu'on devrait voir
brigitte 2 074.JPG
mais on voit bien les plafonds décorés
brigitte 2 070.JPG
et les chinois(-es) aiment beaucoup toucher les vieux trucs (et se faire photographier en train de-)
brigitte 2 072.JPG
Pause-déjeuner sur une place perchée où les porteurs de chaises attendent les clients en faisant la sieste. A noter, au pied de la chaise: l'incontournable récipient à thé, avec les feuilles au fond.
Nous mangeons "en terrasse", quasiment sous la pluie, mais on y respire mieux que dedans!  Et puis nous sommes installés à une table basse, sur ces petites chaises que j'aime tant!

100_0829.JPG

100_0861.JPG

brigitte 2 065.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(...à suivre)

23:51 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wudang shan, taoïsme, chine